Galerie d’Art Contemporain – Station des Rousses, Genève

Jean-Christophe Thorez

Scupteur Inox Jean-Christophe Thorez
Jean-Christophe Thorez se joue des objets du quotidien au début des années 2000, alors que les préoccupations du monde contemporain tendent à sensibiliser et généraliser le recyclage. Déchets industriels métalliques ou encore pièces de mécanique automobile, il imagine la suite de l’histoire en assemblant les pièces les unes aux autres, tout en veillant à l’équilibre de ce puzzle qu’il s’efforce de structurer de manière homogène et soignée.

Jean-Christophe Thorez, né en 1976, plasticien et sculpteur en inox

Natif du Nord de la France, l’artiste demeure attaché au patrimoine textile de sa région ; c’est ainsi que sous ses mains, l’inox se fait étoffe à partir de 2012, pour donner corps à des sculptures insolites et loin s’en faut esthétiques.

Une machine agroalimentaire disloquée par un souci technique lui montre la voie ; de cette pièce triturée voire meurtrie, il y perçoit des vagues, comme un drapé métallique. Comprendre comment un tel « défaut » a pu se produire, chercher le grain de sable qui a bien pu faire riper la destinée de cette machine… et l’histoire s’écrit. De ce « défaut » qu’il retravaille alors  exclusivement à froid, l’artiste va façonner, modeler, orienter et sculpter des pièces jusqu’à en obtenir des formes harmonieuses.

Originellement non-objets, les No-reillers qu’il crée initialement évoluent, laissant tour à tour un visage, un corps imprimé, ou racontant l’histoire de nuits, de rêves, de fantasmes… autant de souvenirs figés dans ce noble métal. Il en ressort des pièces uniques, un travail en force à la limite de la déchirure de la tôle, aux finitions d’orfèvre… mais aussi des sculptures poétiques aux multiples lectures, sublimées par les reflets vivants qu’elles entretiennent avec la lumière et leur environnement.

Il travaille depuis d’autres thématiques : des volumes sensibles « expirés », d’autres expérimentations entre compression et assemblage laissent résonner une démarche politique avec « sous les pavés, …» la plage ou encore plus patrimoniale avec “Another Brick In… Collection dans laquelle il cache messages ou objets ajoutant à l’émotion exprimée, le mystère du secret gardé.
Les recherches géométriques avec les installations « spiraal » , cherchent un dialogue avec la nature.

Créant au départ uniquement pour son plaisir, il n’a jamais exposé avant 2017. C’est la rencontre fortuite avec une artiste qui le pousse à montrer son travail au public.

Depuis, au fil des rencontres, il a participé à près d’une vingtaine d’expositions, en galeries et salons d’art contemporain à Lille, Paris, Marseille, Knokke Heist, Bruxelles…
Jusqu’à récemment limité par l’espace de son atelier, il ne créait que des sculptures de taille modeste.

En mars 2020, il a investi un nouvel espace de 300 m2 lui permettant de s’exprimer sur des œuvres de grande dimension.