Œuvres d’art contemporain – Galerie d’Art Chromia, Jura

Achat en ligne : 

STREET ART – ARTISTES À CIEL OUVERT – Communiqué de presse, Les Rousses

Alain Aouni, Artiste Morez Haut-Jura

La commune des Rousses souhaite requalifier les éléments urbains de son territoire : des artistes interviendront sur les transformateurs électriques pour en faire des œuvres d'art!

LES ROUSSES – JURA – Communiqué de presse – Le 18 septembre 2020

Artistes à ciel ouvert

Le projet est né voici presque une année avec l’arrivée de la fibre et l’installation de gros transformateurs supplémentaires. La municipalité s’est posé la question de savoir comment camoufler ces installations qui fleurissent dans le paysage.
Et rapidement, l’idée s’est orientée sur un projet de Street Art. L’ambition étant non seulement d’apporter de la couleur et de la gaité mais aussi de contribuer à une meilleure intégration paysagère par une mise en valeur ou détournement de ces objets urbains.
Pour la Mairie, le vecteur culturel est privilégié puisque ces espaces artistiques seront intégrés par la suite dans le parcours culturel Rouss’en piste (parcours interactif qui invite à la découverte des lieux emblématiques du Village).

FIL CONDUCTEUR

Cette opération vise à embellir le patrimoine industriel que constituent les postes électriques répartis sur le territoire, pour qu’ils deviennent des supports d’expression artistique. Mais la recherche s’est compliquée car la technique nécessaire pour peindre de gros volumes, de plus situés en extérieur avec une accessibilité limitée, n’est pas toujours évidente pour tous. Pour dénicher les intervenants, le travail s’est fait en étroite collaboration avec la galeriste Anne-Lucie Barbot (Chromia), qui a participé à la gestion du projet. Le but de l’opération vise aussi à donner un fil conducteur aux artistes qui devront intégrer, selon leur inspiration, un élément commun pour créer une unité à l’ensemble. Cet élément sera le renard, symbole de la Station des Rousses.

Quant au coût de l’opération, il s’élève à 1 200 euros par transformateur, dont 800 euros pris en charge par Enedis. La préparation des supports avant peinture est effectuée par les services techniques de la Mairie des Rousses. Un vernis anti-grafitti sera appliqué en finition pour éviter les dégradations. Dans un premier temps, deux transformateurs ont été identifiés: celui situé sur le hameau de la Doye et celui positionné à l’entrée du village des Rousses, le long de la RNS en arrivant de Morez. Le transformateur de la Doye a été confié au haut-jurassien Alain Aouni, qui a donné le premier coup de pinceau cette semaine. Celui de la RNS au graffeur Knar du collectif Birdy Kids, nommé ambassadeur culturel de la ville de Lyon en 2012, et qui interviendra dans les jours à venir.

Biographies des artistes 

ALAIN AOUNI (transformateur de La Doye) 

Alain Aouni est un artiste peintre français autodidacte. Il a appris l’art du dessin dès l’âge de 8 ans et a démarré sa carrière professionnelle dans une école de fonderie d’art à Mulhouse. Ses expositions ont parcouru la Guyane où il a vécu une quinzaine d’années et y a acquis une renommée en vendant ses premiers tableaux. Ses oeuvres de l’impressionnisme au surréalisme jusqu’au trompe l’œil appellent au rêve. Au pinceau ou à !’aérographe, il s’exprime sur des supports variés de la toile aux fresques murales. Très pédagogue, il enseigne les arts plastiques depuis 2003. Alain Aouni vient d’ouvrir son atelier à Morez dans le Haut-Jura où il vit depuis deux années et donne des cours de dessin et de peinture dans des techniques plurielles telle que le fusain, le pastel ou l’huile. À partir de cette semaine, l’artiste Alain Aouni va multiplier ses interventions artistiques accompagné régulièrement d’élèves qui vont également participer au projet d’embellissement. Coachés par ses soins ils pourront découvrir les techniques spécifiques liés à l’art urbain.

LES BIRDY KIDS (transformateur de la RNS) 

Le graffeur lyonnais connu sous le nom de KNAR ou PEC est né en 1975. Il a commencé le graffiti en 1989 puis n’a plus jamais cessé d’agiter ses bombes. Sans aucune arrière-pensée militante, avec la seule ambition de donner le sourire, il a créé un street­-art lisse et joyeux, peuplé d’oiseaux ronds aux couleurs acidulées qui apporte de la joie aux passants. Les Birdy kids, nés de son style ludique et faits d’aplats et d’épais contours noirs, ont la particularité de ne pas véhiculer le moindre message. Seul le plaisir et la bonne humeur comptent, Knar a voulu par-dessus tout, mettre de la couleur dans un monde qu’il trouvait quelque peu morne et terne. Le succès du volatile aux couleurs pop inspiré à Birdy kids, permettra au collectif de devenir en 2012 l’ambassadeur culturel de la ville de Lyon lors d’une tournée réunissant dix des plus grandes capitales européennes. Le petit oiseau coloré, totem emblématique du graffiti lyonnais a alors acquis une renommée internationale. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *